Pasteur Eric Barber

Eric barber est pasteur de l'Assemblée de Dieu de Taravao. Il a sous sa responsabilité plusieurs cellules de maison dans la presqu'île de Tahiti et certains archipels de Polynésie Française. 
Suivez le groupe Facebook de la communauté pentecôtiste de Taravao 

Découvrez toute l'équipe pastorale en cliquant ici.  


1) Origine et conversion

Je suis né à Papeete en 1960. Portant le nom maternel Papei, mon beau-père, Monsieur Barber m’a adopté à 18 ans. Ma famille a quitté le Fenua pour l’Europe en 1964. On m’avait attribué une religion, comme tout bébé polynésien, mais sans avoir d’expérience personnelle. Vers l’âge de 15 ans, j’ai refusé de répondre à un appel de repentance lors d’une soirée à l’église. Arrivé chez moi, tout cela défiler en boucle dans mon esprit. Seul, j’ai prié à genou : « ma mère dit que tu existes, dans mon cœur j’ai des questions et quelques problèmes. Si Tu m’aides et que Tu me montres que Tu es vivant, je ferrais un effort de mon côté. » Lorsque je me suis relevé, j’étais surpris de me sentir bien. C’est comme sis, on m’avait enlevé un poids énorme. Quelques mois après, je voyais des problèmes résolus. Si Dieu n’était pas intervenu, je serais tombé dans la délinquance.
Je me suis baptisé le 26 octobre 1976, ce jour-là alors que j’étais seul, j’ai entendu une voix intérieure : « Éric, tu es mon serviteur. Tu prêcheras ma parole et un jour tu retourneras dans ton pays où tu l’annonceras à ton peuple ». À cette époque, je ne pensais pas revenir au Fenua. 

2) Appel, formation et début dans le ministère
Jusqu’en 1986, j’ai travaillé en tant qu’aide-soignant dans un hôpital de Canne. Quatre ans après mon baptême, j’ai apporté un message durant la jeunesse. Au fil des mois, j’ai conduit les chants et prêché plus régulièrement. C’est le 1er avril 1987 que nous sommes entrés ma conjointe et moi dans le ministère pastoral. Nous avons suivi une formation de 4 ans sur Cannes et Toulouse.

On m’a reconnu Pasteur dans les ADD de Dieu de France en 1991. Alors qu’on m’avait proposé de rejoindre des assemblées en France, Dieu m’avait rappelé sa promesse. Il me fallait préparer ma famille à ce départ, c’était le bout du monde pour eux. Ma femme et moi avons visité le pays pendant 1 mois, en confiant nos filles à des personnes. En juillet 1991, nous sommes donc revenues en Polynésie. Le missionnaire Roger Albert m’a permis de prêcher lors d’une réunion. La promesse faite 15 ans débutait ce jour-là.

3) Aujourd'hui
Ce qui m’intéresse c’est d’amener le peuple polynésien à vivre l’évangile. Je ne suis pas le seul à être appelé à venir pour les Polynésiens. Ils peuvent être d’une autre dénomination, pas de manière œcuménique, mais par l’esprit de Dieu. Au sens figuré : si Dieu est la tête, on ne peut rien dire.